Des données recueillies par les gardiens de la paix

Chaque année, sur le territoire de la Ville de Bruxelles, 135 gardiens de la paix de BRAVVO détectent entre 45.000 et 60.000 incidents et dysfonctionnements de tous types. Le constat de ces problèmes est informatisé pour améliorer la procédure, réduire les erreurs et les tâches de type encodage, faciliter le suivi des problèmes.

Le recueil de ces données (dépôts clandestins, détérioration du mobilier urbain, problèmes de voisinage...) par les gardiens de la paix de BRAVVO, le service de prévention de la Ville de Bruxelles, s'effectue dans le cadre d'un projet appelé Flux.

Ce sont 20 assistants personnels mobiles (PDA) qui équipent les gardiens de la paix. Un programme informatique "sur mesure" (application dite frontoffice) permet l'encodage et un programme (back office) gère l'ensemble des données depuis le siège central de BRAVVO relié aux 10 antennes décentralisées.

Lorsqu'il constate un problème, le gardien de la paix peut l'encoder (le programme lui fait des propositions), le localiser précisément grâce au GPS intégré et même le photographier. Ces données sont transférées au retour du gardien de la paix dans son antenne. Chaque service de la Ville concerné a accès à ces données et peut réagir à ces signalements. Une fonction dite de reporting permet d'établir des statistiques, de cartographier les constats, de produire des rapports et de mesurer les évolutions.