En fonction

Si les offres d'emploi de la Ville de Bruxelles étaient bien disponibles sur son site web, une nouveauté est apparue en 2014 avec jobs.bruxelles.be, la possibilité d'introduire sa candidature en ligne via jobs.bruxelles.be en répondant à un questionnaire, en fournissant des pièces annexes ou, encore, de déposer une candidature spontanée ou d'effectuer une demande de stage non rémunéré.

Le Musée de la Ville de Bruxelles propose un système de guide... astucieux.

Ce Musée installé dans la Maison du Roi face à l'Hôtel de Ville de Bruxelles propose à ses visiteurs un audio-visioguide accessible en scannant (avec son smartphone ou sa tablette) un code QR affiché à l’accueil. Cet accès est gratuit puisque le musée est équipé en wifi. Ce système permet d'obtenir en 4 langues (français, néerlandais, anglais ou allemand) le commentaire de 15 œuvres majeures (chacune étant numérotée). Ces commentaires peuvent être lus dans les conditions de confort d'un smartphone (le texte est plus lisible que celui apposé sur un cartel) ou écoutés.

Le code QR renvoie vers des pages web. Il n'est donc pas nécessaire de télécharger une application spécifique ni même, d'ailleurs, un lecteur de code QR puisque le visiteur peut se contenter de se connecter simplement en se rendant à l'adresse www.musea.brussels/mobile.

Le Musée de la Ville propose aux visiteurs qui ne disposent pas de smartphone ou  tablette le prêt par le Musée d’une mini-tablette (2 € avec dépôt d’une pièce d’identité en garantie).

Le programme de législature 2012-2018 mettait en avant la mise "en ligne systématique des données publiques de la Ville en format numérique, dans un esprit Open Data". En 2012, la Ville de Bruxelles concrétisait cette volonté de diffuser des données publiques en proposant quelques dizaines de fichiers. Et, en 2014, elle se dotait une plateforme Open Data (opendata.bruxelles.be) facilitant l'accès à des jeux de données de plus en plus nombreux, exportables dans plusieurs formats, visualisables sous forme de tableaux, graphiques ou cartes, intégrables dans des sites ou blogs, ou permettant de créer des applications. 

Ce sont plus de 500 jeux de données ouvertes (en français, néerlandais, anglais) qui sont ainsi proposés via la plateforme opendata.bruxelles.be.

Chaque année, sur le territoire de la Ville de Bruxelles, 135 gardiens de la paix de BRAVVO détectent entre 45.000 et 60.000 incidents et dysfonctionnements de tous types. Le constat de ces problèmes est informatisé pour améliorer la procédure, réduire les erreurs et les tâches de type encodage, faciliter le suivi des problèmes.

Le recueil de ces données (dépôts clandestins, détérioration du mobilier urbain, problèmes de voisinage...) par les gardiens de la paix de BRAVVO, le service de prévention de la Ville de Bruxelles, s'effectue dans le cadre d'un projet appelé Flux.

Ce sont 20 assistants personnels mobiles (PDA) qui équipent les gardiens de la paix. Un programme informatique "sur mesure" (application dite frontoffice) permet l'encodage et un programme (back office) gère l'ensemble des données depuis le siège central de BRAVVO relié aux 10 antennes décentralisées.

Lorsqu'il constate un problème, le gardien de la paix peut l'encoder (le programme lui fait des propositions), le localiser précisément grâce au GPS intégré et même le photographier. Ces données sont transférées au retour du gardien de la paix dans son antenne. Chaque service de la Ville concerné a accès à ces données et peut réagir à ces signalements. Une fonction dite de reporting permet d'établir des statistiques, de cartographier les constats, de produire des rapports et de mesurer les évolutions.

Depuis 2012, la Ville de Bruxelles équipe ses écoles primaires, secondaires et supérieures de TBI, des tableaux blancs interactifs. Ce sont ainsi 157 tableaux qui peuvent utilisés par les enseignants. Une quarantaine de nouveaux tableaux sont en commande.